logo

Schieve Kolos / Brasserie de la Senne (Bruxelles)

schieveSchieve Kolos – Vol. Alcool : 5,7%

Le pitch:

Après nous avoir proposé des “schieve” collaborations à toutes les sauces, la brasserie de la Senne nous embarque cette fois en Ukraine avec la Schieve Kolos. En effet, Bernard Leboucq et Yvan De Baets se sont entourés de deux figures emblématiques de l’horeca ukrainien. Tout d’abord, Yuri Zastavny, fondateur du Pravda Beer Theatre, situé à Lviv près de la frontière polonaise. Le Pravda Beer Théâtre est un ancien centre commercial transformé en brasserie qui fait également office de restaurant et de salle d’orchestre. C’est dans les entrailles de ce complexe que l’installation des cuves donne naissance à un flux constant de bières artisanales qui fait saliver les convives.
Puis ensuite Marco Cervetti, chef italien de renom installé en Ukraine, à la tête d’une grande chaîne de restauration et qui espère développer l’art culinaire national. Il a également gagné sa notoriété grâce à sa pizzeria située à Kiev, qu’il dirige de main de maître… De ce collectif est donc née une saison belge aux accents ukrainiens. A ce profil déjà multi-céréalier (orge, froment, seigle et épeautre) s’ajoutent quatre houblons dont le Zagrava, une variété d’Ukraine ajoutée en houblonnage à froid.

La dégustation:

Versée dans son grand verre tulipe avec le dépôt, cette saison révèle une robe blonde-orangée, somme toute assez classique pour ce style de bière, et accompagnée d’une levure qui vient accentuer sa turbidité. Le balais ininterrompu de fines bulles s’agglutine à la surface pour former une mousse conséquente, blanche et aérienne qui s’estompera en laissant de légères dentelles sur la paroi du verre. La levure joue un rôle prépondérant car l’olfaction débute avec les arômes caractéristiques du champignon mais également des esters de pomme et de poire. Le côté floral n’est pas non plus à négliger avec des parfums intermittents de fleur d’oranger. Les céréales prennent la suite avec des senteurs de pain fraîchement coupé. L’attaque, une fois de plus marquée par une texture levurée et un profil céréalier ouvre néanmoins le chemin vers des saveurs subtilement fruitées et épicées. Le houblon fait office de “trompe-l’oeil” car malgré une présence éphémère, un arrière-goût amer et persistant nous arrive sans prévenir. L’amertume s’est d’ailleurs invitée avec une sécheresse qui vient clôturer la dégustation en beauté!
Alain De Bouvère