logo

Blonde-IPA-Dark / Belga Blue

IMG_20160106_203416391

Le pitch:

Après deux bières atypiques, connexions entre la Belgique (où le brasseur habite actuellement) et la Grèce (son pays natal), la gamme Belga Blue (pour l’instant encore brassée à façon dans diverses brasseries) s’étoffe de trois styles classiques. Une blonde, une brune et une IPA qui viennent donc rejoindre la palette que nous trouvions de qualité. Verdict pour cet exercice de style?

La dégustation:

Blonde (5°): brassée avec une technique de “step infusion”, en cuisson lente et sans ajout d’eau à posteriori, elle nous promet des arômes plus marqués provenant du malt. Une fine mousse éphémère nous laisse seul avec une belle robe dorée et un nez assez ouvert sur les agrumes (citron, quelques notes de pamplemousse) rappelant également un panaché. Peu de bulles, si ce n’est via la micro-gravure du verre utilisé pour la dégustation (les impuretés, même invisibles à notre œil, génèrent des bulles dans un verre) et un manque de corps. Légère amertume sur l’attaque et un goût légèrement sucré porté sur le miel. Cette bière s’oublie malheureusement aussi vite qu’elle se boit.

IPA (6,5°): en comparaison avec la bière précédente, la mousse tient mieux et semble plus fine. La pétillance nous convient également, et un nez ouvert et intense indique assez clairement le style choisi tout en ajoutant une légère pointe beurrée-sucrée (massepain). L’amertume corsée dépasse les IPA moyennes et tient bien en bouche, avec une note légèrement cuivrée. Loin d’être ratée, elle souffre de notre comparaison avec les dizaines d’autres IPA dégustées ces derniers temps. Ajout réussi à la gamme, cette bière nous interroge sur la fin de cette mode venue tout droit des pays anglo-saxons.

Dark (8°): une mousse persistante et légère couvre une robe brune opaque réussie. Le nez rappelle le chocolat chaud servi en hiver avec quelques notes torréfiées. Rond en bouche, on perçoit des arômes de caramel, de cécémel (donc de cacao froid). Trop de sucre à notre goût, qui rend la boisson légèrement écœurante et casse l’équilibre qui pourrait rendre cette bière très agréable au coin d’un feu, en fin de soirée.

Cédric Dautinger

Date d'ajout: janvier 17, 2016
Brasserie: