logo

Schizophrenia / Novabirra (Braine-L’Alleud)

schizophreniaSchizophrenia – Vol. Alcool :  11%

Le pitch:

Après avoir fait vieillir sa “Big Mama Stout” 13 mois en fûts de Whisky “Belgian Owl”, le brasseur de Novabirra réitère l’expérience avec sa triple “Big Nose” qu’il assemble cette fois durant 21 mois dans des fûts de “17th August”. Ce whisky belge single malt fait partie de la compagnie “Wave Distill” implantée à Gembloux et qui se charge de développer des spiritueux belges tels que la fameuse Vodka “Cosmik” ou bien encore le Whisky “Skot’tich”… Ce 17th August, dont le nom rend hommage au premier empereur romain, a été vieilli dans des fûts centenaires ayant contenu du Porto puis du Cognac…de quoi façonner la bière de manière alléchante! Emanuel Corazzini nous a d’ailleurs concocté une trilogie bièristique de poids vu que les deux consœurs de la “Schizophrenia”, la “Strabismus” et la “Paranoïa”, également vieillies avec le même Whisky, nous réservent un profil gustatif fort différent. Commençons par déguster notre bière psychiatrique, la plus équilibrée de la gamme.

La dégustation:

Servie dans son verre, la Schizophrenia nous éblouit avec sa robe rouille cuivrée profonde et lumineuse. Malgré son opacité, cette dernière nous berce de subtils reflets dorés. Rejoins par de fines bulles, la fragilité de la mousse blanche ivoire nous incite cependant à tremper nos lèvres dedans. Sans brûler les étapes, le nez décèle d’abord des notes de Whisky, de chêne et de vanille qui traduisent bien le long mûrissement de 21 mois en barrique. En aérant le verre, la bière nous dévoile cette fois un enchevêtrement d’arômes de malt, de cassonade, de vieux Porto, de caramel et d’orange confite. La première gorgée est veloutée et liquoreuse. Comme au nez, le goût de Whisky s’exprime ouvertement mais finit par s’harmoniser avec les douces saveurs fruitées de la Big Nose afin de créer une osmose intéressante. D’autres saveurs boisées, caramélisées et légèrement madérisées s’accrochent au palais. La sucrosité de la bière s’atténue légèrement en fin de bouche grâce à la présence des houblons, ce qui permet d’éviter l’écœurement après 50cl. Une faible amertume se fait d’ailleurs ressentir en fin de dégustation. Une bière relativement bien équilibrée qui exprime bien sa double personnalité.

Alain de Bouvère

Date d'ajout: avril 11, 2019