ginette

Ginette: de la genèse bio à l'industriel

ginette

Après son passage sous le giron d'AB Inbev, la brasserie Ginette (brassée à façon à la Binchoise) lancera un bar à bières dans le cœur du quartier européen de Bruxelles (Place du Luxembourg. Une annonce qui a déjà provoqué la colère de plusieurs acteurs du milieu brassicole et de nombreux amateurs de bières. Mais pourquoi combiner label bio et grande industrie et pourquoi lancer un bar plutôt qu'une brasserie (comme Caulier)? Nous avons rencontré Didier Hamoir, l'un des quatre associés de Ginette, pour qu'il nous livre sa version des faits... sans langue de bois!

Nous avons démarré le projet à partir d'une feuille blanche il y a huit ans. Aucun de nous n'était maître-brasseur, mais nous voulions lutter contre le fait que peu de Belges possèdent plus de dix bières différentes dans leur frigo. La réflexion était simple: soit ces Belges ne s'intéressent pas à la bière ou les bières belges ne sont pas assez bonnes. Nous avons pour le coup développer nos recettes bio avec l'aide d'un artisan: le brasseur Bruno De Ghorain de la Binchoise.

Genèse

Pour notre projet, nous voulions travailler le bio sans ajout de sucre et sans produits chimiques. Notre première bière, la Ginette Blanche, fut créée pour casser l'image de ce style, qu'on destine aux femmes ou à une descente rapide en été avec la rondelle de citron. Pour notre recette, nous avons donc utilisé la tradition belge avec des ajouts d'épices et des zestes d'agrumes dans la recette de notre bière.  Le bio n'était pas du tout à la mode à l'époque et nous ne voulions pas l'utiliser comme argument marketing donc nous avons simplement (encore maintenant) apposé la mention "organique" sur l'étiquette. Le but principal reste que le public apprécie le goût de nos bières.

Une gamme étendue

Après la Ginette Blanche, nous avons développé une nouvelle recette par an (environ). La suivante fut naturellement une Ginette Blonde:  une pils avec du goût issue d'une double fermentation et sans filtration. Puis nous avons sorti la "Ginette natural fruits", qui contient les fruits suivants: cassis, framboise, myrtille et fleur de sureau, sur base de la blonde. Comme nous avions une demande importante pour une bière plus forte (en alcool), nous avons sorti une Ginette Triple (à l'infusion de fleur de sureau) dans un format plus grand (50cl) avec des verres assortis qui invitent au partage.

Futurs projets

Nous voulions surtout changer les habitudes, sensibiliser au bio. Sans se douter du succès qu'auraient nos bières, avec 500 000 bouteilles écoulées en 2016. Dans nos futurs projets, nous allons lancer une gamme de snacks Ginette destinée à l'accompagnement de nos bières. Nous aurons tout d'abord un "organic mix salting" et un "power" sous la forme d'une sorte de gâteau avec dix fruits secs à couper en tranches. L'idée est de proposer une alternative à la nourriture souvent grasse et trop industrielle servie avec une bière (les fromages, saucissons et chips). Nous planchons également sur un gros projet: l'ouverture vers octobre d'un bar bio au cœur de Bruxelles dans le quartier européen. La Place du Luxembourg possède déjà de nombreux bars mais aucun qui se focalise sur des bières comme les nôtres, en plus d'une cuisine qu'on imagine en ce moment. Notre prochaine bière répondra à une demande du marché: nous travaillons sur une recette sans gluten utilisant du quinoa belge.

 

AB Inbev

Nous avons rejoint la division "craft beer" d'AB Inbev pour profiter de deux éléments: une synergie de groupe et une indépendance garantie. Le plus gros changement concerne surtout l'industriel puisque nous sommes sa première gamme bio. Nous devons comprendre les critiques puis les analyser! Le monde change et le futur est chez l'artisan... AB Inbev le comprend parfaitement et ses mouvements financiers en sont la preuve. Nous aimerions amener le bio plus loin et plus vite, grâce à une baisse des prix rendue possible par notre partenariat et aux investissement d'AB Inbev. Le changement ne peut pas venir que du local, surtout lorsqu'on observe la proportion de Belges qui consomment du bio. Il faut également avoir une volonté de changer l'agriculture (par exemple via des céréales et houblons locaux et bio) et la politique.

Pourquoi ne pas ouvrir votre brasserie?

Ouvrir une brasserie nécessitent un gros investissement et un seuil de rentabilité pour des bières artisanales. Nous avons fait le choix de brasser à façon (pour rappel: à la Binchoise) pour nous lancer comme beaucoup d'autres projets. Il faut également envisager d'emblée l'exportation vu que le marché belge reste relativement fermée aux nouvelles bières et que la marge y est moindre. Collaborer avec AB Inbev permet d'obtenir les investissements nécessaires pour nos gros projets, tout en nous demandant de faire nos preuves sans égratigner le patrimoine brassicole belge.

4 comments

  1. Avatar
    Guy 2 avril, 2018 at 10:18 Répondre

    Quelle tristesse de voir toutes ces bières passer sous le contrôle d’AB Indev ou autre méga groupe. Quoi qu’ils disent pour moi cela me fait les boycotter. Il y a de nombreuses bières et brasseries qui ne cèdent pas.

  2. Avatar
    Iram Muhammad 27 octobre, 2020 at 09:39 Répondre

    Bonjour,

    Nous sommes 4 étudiantes bruxelloises en master à l’institut Catholique des Hautes Etudes Commerciales (ICHEC). Dans le cadre de notre cours ” d’Export-Import Stratgey”, il nous est demandé d’étudier une entreprise prenant en compte le développement durable dans la manière de produire ou dans les produits, services vendus.

    Dès lors, notre choix s’est porté sur “Ginette”, qui est un excellent exemple d’entreprise ayant compris l’impact du développement durable. Nous aimerions donc savoir s’il serait possible de collaborer avec vous, sachant que le travail nous mènera éventuellement à une interview.

    Dans l’attente d’une réponse favorable, nous restons à votre disposition pour d’éventuelles questions complémentaires.

    Iram Muhammad,

Laisser une réponse